Public Sector Reform

Is government control of the liquor trade still justified?

While in the 1920s the Quebec government clearly had the most liberal and least detrimental policy in North America for controlling the sale of liquor, in 2005 it is among the most restrictive. The time has come to discuss the various ways of privatizing the SAQ and liberalizing liquor sales, turning a page that goes back to the era of prohibition.

Entretien ménager dans les écoles: les avantages de la sous-traitance

Pendant que les concierges de la plupart des écoles primaires et secondaires amorcent un mouvement de grève, d’autres travailleurs affectés à l’entretien ménager des écoles publiques continuent d’être prêts à rentrer au boulot. Il s’agit des travailleurs autonomes et du personnel des firmes spécialisées qui effectuent l’entretien ménager en sous-traitance pour certaines commissions scolaires. De fait, les syndicats souhaitent restreindre le droit des commissions scolaires de recourir à la sous-traitance pour l’entretien ménager et ainsi rétablir le monopole syndical sur cette fonction.

Les contorsions comptables des gouvernements du Québec

Confrontés au casse-tête budgétaire, les gouvernements successifs ont régulièrement eu recours à des contorsions comptables, à la fois dans leurs budgets et leurs états financiers. Pour son budget 2005-2006, le gouvernement Charest s’est donné un défi houdiniesque: remplir sa promesse de réduire les impôts, tout en accroissant les dépenses en santé et en respectant la contrainte du déficit zéro. Ce sommaire des principales contorsions aidera les analystes à vérifier, à l’occasion de la présentation du budget Audet, dans quelle mesure l’actuel gouvernement a renoncé à de telles pratiques.

Le Point de l’IEDM sur les prix de l’électricité

Le gouvernement entreprend cette semaine une consultation sur la politique énergétique. Au coeur du débat, l’analyse des coûts de production et des prix de vente de l’électricité permet d’apercevoir certains résultats pervers de la politique actuelle. Ainsi 1) l’interfinancement nuit aux économies d’énergie par les consommateurs résidentiels et
2) l’exportation d’électricité est de loin plus payante que d’en vendre à des alumineries à un tarif basé sur le coût moyen.

Back to top