Op-eds

Bookmark and Share

June 28, 2012

28 June 2012

L’hypocondrie de M. Mulcair

Le Journal de Montréal, p. 23

Pour le chef du NPD, Thomas Mulcair, le Canada souffre de la « maladie hollandaise ». Inspirée du cas des Pays-Bas des années 1960-1970, l’expression « maladie hollandaise » désigne une théorie selon laquelle l’exploitation de ressources naturelles provoque le déclin de l’industrie manufacturière locale.

Selon M. Mulcair, le secteur manufacturier québécois est en difficulté parce que l’expansion du secteur des hydrocarbures en Alberta et en Saskatchewan a gonflé « artificiellement » la valeur du dollar canadien et, par ricochet, a nui à nos exportations.

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il n’existe aucun remède contre la maladie hollandaise. La bonne nouvelle, c’est que le Canada n’est pas malade! M. Mulcair serait-il donc atteint d’hypocondrie économique? Chose certaine, son diagnostic est erroné.

Premièrement, l’appréciation du huard ne peut être attribuée uniquement au boom pétrolier. L’expansion monétaire américaine y a contribué de deux manières : 1) elle a dévalorisé le billet vert au profit de notre monnaie; et 2) elle a exercé des pressions à la hausse sur le prix des ressources naturelles, lesquelles ont également fait grimper notre dollar.

Deuxièmement, il n’y a pas qu’au Québec que le secteur manufacturier est en situation difficile. C’est le cas dans la majorité des pays industrialisés, incluant les États-Unis, où il est pourtant impossible d’invoquer la maladie hollandaise.

Troisièmement, M. Mulcair oublie que les déboires du secteur manufacturier ont débuté il y a 35 ans, bien avant le succès de l’industrie des hydrocarbures de l’Ouest canadien. Il semble également ignorer que le dollar canadien a déjà été relativement faible (un dollar canadien valait à peine 61 cents américains en 2002) sans pour autant relancer certaines industries en difficulté.

Importations

Quatrièmement, M. Mulcair néglige le fait qu’un taux de change élevé réduit le prix de nos importations. Les consommateurs en profitent, certes, mais les entreprises aussi. Elles peuvent se procurer les matières premières et le capital productif dont elles ont besoin à moindre coût, et ainsi mieux affronter la concurrence internationale.

Finalement, la compétitivité ne dépend pas exclusivement du taux de change. La créativité, l’ingéniosité et la propension à prendre des risques y contribuent fortement. En revanche, la fiscalité confiscatoire, le cadre réglementaire contraignant et le coût élevé de la main-d’oeuvre peuvent contraindre des entrepreneurs à jeter l’éponge. Par-dessus tout, la compétitivité est tributaire de la productivité. Or, le Québec a été dans le peloton de queue des principales économies industrialisées pour le niveau et le taux de croissance annuel moyen de sa productivité au cours des 30 dernières années.

Théorie réductrice

Malgré tout, M. Mulcair s’accroche à sa théorie réductrice. Son raisonnement s’inscrit parfaitement dans la logique de la gauche qui consiste à diaboliser le succès d’autrui et à le rendre responsable de nos difficultés. Or, quand M. Mulcair nous fait croire que nous sommes les victimes impuissantes d’une terrible injustice, il nie notre extraordinaire potentiel et démontre son manque de foi dans nos capacités. Pire encore, en nous dévalorisant ainsi plutôt qu’en nous encourageant à nous dépasser, il nous condamne à l’infériorité économique. Je croyais pourtant que M. Mulcair avait davantage d’estime pour les Québécois!

Nathalie Elgrably-Lévy is Senior Economist at the Monreal Economic Institute. The views reflected in this column are her own.
* This column was also published in Le Journal de Québec
.

MEI in the Media

Montreal should let food trucks satisfy consumer appetites
Op-ed by Vincent Geloso and Jasmin Guénette, associate researcher and vice president at the MEI, published on May 18 in the Montreal Gazette.

Consumers should welcome the end to a four wireless players policy
Op-ed by Martin Masse and Paul Beaudry, senior editor and associate researcher at the MEI, published on May 11 in The Globe and Mail.

Despite numerous superficial reforms and a growing budget, health care systems in Canada still do not live up to expectations. As part of the MEI's health care research program, its Vice President, Mr. Jasmin Guénette, met with medical doctors and policy experts in order to better understand which reforms are likely to make our health care systems more efficient, without jeopardizing the universality of care.

Watch the short documentary...