Logement

Transport et logement à Montréal – Comment le développement de la banlieue rend la métropole plus compétitive

Il existe une importante relation entre le développement de la banlieue (appelé péjorativement «étalement urbain»), l’utilisation de l’automobile et la forte croissance économique qui est survenue dans les pays développés depuis la Seconde Guerre mondiale. Des millions de ménages canadiens ont pu cesser d’être locataires et commencer à contribuer à leur avoir net grâce aux maisons moins coûteuses bâties sur les terrains plus abordables de la périphérie urbaine. En pouvant se déplacer n’importe où dans la région métropolitaine à l’intérieur d’un délai relativement court, les gens ont pu profiter d’un éventail beaucoup plus large d’occasions d’emploi et de magasinage qu’en se déplaçant en transport en commun. En bref, un monde ou une région de Montréal sans voitures ou sans banlieues seraient bien moins prospères.

Comment résoudre la crise du logement au Québec?

La pénurie de logements abordables au Québec fait les manchettes depuis maintenant plus de deux ans. Cette année encore, lors de la période de déménagement précédant le 1er juillet, nos concitoyens ont été copieusement abreuvés d’images choquantes, de querelles de chiffres, de déclarations aussi passionnées que contradictoires, d’énoncés de politiques, de résumés d’études académiques et de reportages sur les conditions de logement dans d’autres régions du monde. Il manquait cependant un énoncé accessible, mais relativement complet, des principaux enseignements de la science économique quant aux causes profondes de cette crise. C’est à cette tâche que s’est attelé notre directeur de la recherche (et lui-même locataire), M. Pierre Desrochers.

Back to top