Communiqués de presse

Mini-budget : Québec doit garder le cap sur l’équilibre budgétaire

Montréal, le 12 novembre 2020 – Le gouvernement du Québec doit renouer dès que possible avec l’équilibre budgétaire et favoriser la reprise de l’activité économique dans des secteurs plus touchés par la pandémie, souligne l’IEDM. Québec doit également éviter la tentation de trop s’immiscer dans l’économie en subventionnant de façon arbitraire une entreprise plutôt qu’une autre.

« Il est très positif que le ministre des Finances annonce qu’il n’y aura pas de hausses d’impôts. Cependant, le retour à l’équilibre budgétaire doit se faire plus tôt que tard », affirme Miguel Ouellette, économiste et directeur des opérations de l’IEDM.

« À cette fin, le gouvernement doit non seulement résister aux groupes de pression qui lui en demandent toujours plus, mais aussi procéder à une révision détaillée de ses dépenses. Il s’agit de voir lesquelles sont moins efficaces ou moins nécessaires, surtout en ce qui a trait aux mesures temporaires qui devront cesser après la pandémie », poursuit M. Ouellette.

« Le gouvernement doit également donner une bouffée d’air frais à l‘économie et à nos entrepreneurs en permettant la réouverture de commerces qui ne sont pas des lieux d’éclosion et qui respectent les protocoles sanitaires », dit-il.

Québec doit arrêter de choisir les gagnants et les perdants

« Le gouvernement doit comprendre que ce ne sont pas les subventions aux entreprises qui vont nous permettre de prospérer après la pandémie. En jouant au casino avec l’argent des familles québécoises, le gouvernement se retrouve constamment embourbé dans des fiascos, que ce soit Ciment McInnis ou Flying Whales. C’est notamment en réduisant ces subventions que l’on pourra assurer le retour à l’équilibre budgétaire, ce qui augmentera les investissements et la création d’emplois », poursuit Miguel Ouellette.

« Le Québec était en très bonne posture avant la pandémie, mais les mesures de confinement ont des impacts dévastateurs sur plusieurs secteurs d’activité, comme la restauration et le secteur de l’hôtellerie », fait valoir l’économiste. « Dans la mesure du raisonnable et en prenant en considération les mesures sanitaires en place, tous les secteurs économiques devraient être en mesure de reprendre leurs activités », déclare-t-il.

« Le gouvernement du Québec a géré les finances publiques de façon plutôt responsable au cours des dernières années. Malheureusement, nous faisons aujourd’hui face à un défi imprévu. Il faut se retrousser les manches et trouver des façons de renouer avec l’équilibre budgétaire aussitôt que possible, sans que cela se fasse au détriment des contribuables », conclut l’économiste.

* * *

L’Institut économique de Montréal est un think tank indépendant sur les politiques publiques. Par ses publications, ses apparitions dans les médias et ses services consultatifs aux décideurs politiques, l’IEDM stimule les débats et les réformes des politiques publiques en se basant sur les principes établis de l’économie de marché et sur l’entrepreneuriat.

-30-

Demandes d’entrevues : Maria Lily Shaw, Économiste, IEDM. Tél. : 514 273-0969 p. 2230 / Cell. 450-522-6602 / courriel : mlilyshaw@iedm.org

Back to top