Observations spontanées

Le gouvernement est responsable des déboires des restaurateurs

Les restaurateurs et autres commerçants sont inquiets. La plupart d’entre eux sont déjà à bout de souffle, alors que le gouvernement vient d’annoncer qu’il fermera dans la nuit de mercredi à jeudi les bars, salles à manger, salles de spectacles et cinémas en zone rouge afin d’éviter que de nouveaux cas de COVID-19 ne viennent submerger le système de santé public.

Depuis le début de cette pandémie, il est clair que les problèmes des restaurateurs et autres commerçants sont le résultat direct des mesures de confinement exigées par le gouvernement. Or, depuis un certain temps, on note un changement du narratif au sein des médias et de la population. On semble préférer blâmer maintenant les « récalcitrants », ou les critiques du plan gouvernemental. Comme si, par leurs actions « irresponsables », ils étaient directement responsables des maux des commerçants, puisqu’ils « forcent » le gouvernement à nous reconfiner tous. Raisonnement tordu s’il en est un, il a pour effet de dédouaner le gouvernement de sa responsabilité, alors qu’on devrait plutôt questionner sa stratégie, afin de savoir si c’est vraiment la bonne.

D’ailleurs, le journaliste de Radio-Canada Thomas Gerbet a posé une question fort pertinente hier sur Twitter : « J’ai beau chercher, je ne trouve aucune éclosion dans un bar ou un resto de Montréal depuis au moins un mois. Sur quelles données probantes s’est-on basé pour les fermer? J’attends réponse du ministère de la Santé. »

Considérant les dommages infligés aux restaurateurs et propriétaires de bars, la moindre des choses serait que le gouvernement, qui est le premier responsable de ces déboires, explique ce qui a motivé sa décision. Lorsque les faillites s’accumuleront, il faudra regarder du côté de celui-ci, et non des récalcitrants, pour identifier le coupable.

Retour à la page des Observations spontanées.

Back to top