Libéralisation des marchés

Ça grouille d’«entrepreneurs Bitcoin» à Montréal

On parle de Montréal dans le site web du magazine Forbes… et pour des raisons positives! Notamment parce que l’entrepreneuriat se porte bien au coeur de Montréal, sur la rue St-Laurent pour être plus précis. C’est là que se trouve l’Ambassade Bitcoin, du nom de cette monnaie créée et échangée électroniquement qui gagne en popularité partout dans le monde, et dont les médias parlent de plus en plus.

Comme c’est sûrement le cas pour plusieurs d’entre vous, ce phénomène pique ma curiosité. Mais ce que je remarque de plus en plus, c’est que si l’on peut certes questionner la valeur stratosphérique d’un bitcoin en ce moment, et se demander si ce prix est justifié, il reste que le succès et le potentiel de Bitcoin viennent aussi du fait qu’il entraîne une foule d’innovations — et d’entreprises — dans son sillage.

Et justement, plusieurs jeunes entrepreneurs d’ici ont décidé de sauter dans la mêlée.

L’Ambassade Bitcoin à Montréal, en plus d’être un lieu où on peut s’éduquer sur le Bitcoin et faire du réseautage, sert d’incubateur à plusieurs jeunes entreprises. L’ambassade grouille de « startups » prêt à révolutionner la façon dont on utilise la monnaie, en créant des produits et services qui peuvent servir à faciliter l’adoption et l’utilisation de bitcoins. Par exemple une nouvelle société, Bylls, planche sur une solution pour que vous puissiez  payer vos factures (téléphone, câble, électricité, etc.) en bitcoins.

Bref, il y a du bel entrepreneuriat à Montréal. Et fait rare de nos jours dans le milieu de la techno : ces gens ne tentent pas de soutirer des subventions pour créer des emplois! Voilà qui est rafraîchissant. Il y a assez de mauvaises nouvelles économiques comme ça, il faut souligner les bonnes quand elles passent.

Amenez-en, des entrepreneurs!

Le quotidien The Gazette a aussi parlé de l’Ambassade Bitcoin récemment, notant que celle-ci accueillera bientôt un guichet distributeur de Bitcoins comme celui installé à Vancouver il y a quelques mois. (Selon l’entreprise qui gère le guichet à Vancouver, ce dernier a traité 1576 transactions lors de ses 29 premiers jours d’opération, pour un volume total de plus d’un million de dollars canadiens!)

L’hebdomadaire The Economist notait récemment que Bitcoin s’apparente en quelque sorte au service de partage de fichiers musicaux Napster, qui a bouleversé l’industrie de la musique en 1999 et qui a permis d’ouvrir la voie pour iTunes. Et qu’à son tour, Bitcoin a déjà déclenché une vague d’innovations, cette fois du côté de l’argent numérique. C’est un aspect moins discuté de Bitcoin, mais non négligeable : il s’agit d’une plate-forme technologique offrant un grand potentiel d’innovations pour les entrepreneurs d’aujourd’hui.

Je ne prétends pas être expert en cryptomonnaies ou même en informatique, loin de là. Mais à la lumière de ce qu’on lit et entend de plus en plus dans les médias, Montréal semble devenir un centre névralgique du phénomène Bitcoin. Si la ville — et le Canada dans l’ensemble — peut devenir une destination de choix pour les gens intéressés par l’économie Bitcoin, voilà une excellente nouvelle. Nous n’avons jamais trop d’investisseurs, ni d’entrepreneurs.

Michel Kelly-Gagnon est président et directeur général de l'Institut économique de Montréal. Il signe ce texte à titre personnel.

Back to top