Textes d'opinion

Punir la réussite

La campagne présidentielle américaine ne me fascine pas particulièrement. Elle m’apparaît interminable et redondante. Mais les candidats y vont quelques fois de déclarations si absurdes qu’on pourrait les croire tirées d’un sketch de Samantha oups!

Lors d’un récent débat entre les candidats démocrates, Barack Obama a déclaré qu’il compte presque doubler le taux d’impôt sur les gains en capital bien que l’Histoire ait maintes fois montré qu’une telle hausse réduit les recettes fiscales, décourage l’investissement et ralentit la croissance économique.

Pourtant, les conséquences d’une telle décision sont connues depuis longtemps. Dès 1800, Jean-Baptiste Say avait compris «qu’un impôt exagéré détruit la base sur laquelle il porte», tandis qu’un allégement du fardeau fiscal exerce l’effet contraire. Même John Maynard Keynes, le père de l’interventionnisme étatique, tenait des propos similaires, et c’est ce que les réductions d’impôts, mises en œuvre par Bill Clinton en 1997 et par George W. Bush en 2003, ont confirmé une fois de plus.

Mais certains politiciens se fichent bien de savoir que trop d’impôt tue l’impôt. Ils jugent inadmissible que les gestionnaires des 50 meilleurs fonds spéculatifs aient réalisé des gains de 29 milliards $ l’an dernier, et veulent taxer plus lourdement les gains en capital par souci de «justice»…

Voir si peu de gens se répartir tant d’argent peut effectivement agacer. Mais il faut tout de même préciser que ces quelques gestionnaires ont néanmoins payé 5 milliards $ en impôts. Il aurait fallu qu’un million d’Américains réalisent des gains en capital de 34 000 $ chacun pour générer autant de recettes fiscales!

Le plus troublant, c’est donc de voir un candidat à la présidence des États-Unis si déterminé à punir la réussite qu’il en oublie les dégâts qu’une pareille mesure peut causer.

Par exemple, proposer une hausse du fardeau fiscal dans le contexte économique actuel est aussi absurde que de jeter de l’huile sur le feu. De plus, comme la hausse d’impôt risque de réduire l’assiette fiscale, les recettes de l’État diminueront, ce qui pénalisera des millions d’Américains à qui elles auraient pu profiter.

On néglige également le fait que la mesure ne sera pas limitée aux 50 personnes visées, mais qu’elle touchera près de 100 millions d’Américains qui détiennent des titres, y compris les petits épargnants! Est-ce vraiment agir au nom de la «justice»?

Cette proposition illustre parfaitement la philosophie des partisans de la gauche, qu’ils soient Américains ou Québécois, et nous révèle que leurs opinions et leur vision du monde sont le résultat de la jalousie viscérale qu’ils éprouvent pour ceux qui réussissent. Ils se cachent derrière les concepts de justice et d’équité, mais ils ne souhaitent en réalité que punir des initiatives couronnées de succès. Et qu’importe s’il faut nuire à des millions de personnes pour y arriver!

D’ailleurs, ne faut-il pas éprouver un certain mépris pour la réussite pour réclamer que des contribuables envoient une fraction plus importante de leurs revenus à des fonctionnaires qui la dilapideront? Ne faut-il pas être aveuglé pour en arriver à sacrifier la santé économique d’une nation et le bien-être de millions de gens parce qu’une poignée de personnes a empoché des gains substantiels?

Personne ne sait qui remportera les élections. Mais si le vainqueur entreprend d’alourdir le fardeau fiscal ou de s’attaquer au libre-échange, il pourrait bien marquer le début d’une ère nouvelle: celle du déclin de l’empire américain!

* Cette chronique a aussi été publiée dans Le Journal de Québec.

Nathalie Elgrably-Lévy est chercheuse associée à l’Institut économique de Montréal et auteure du livre La face cachée des politiques publiques.

Back to top