Aller au contenu principal

IEDM

DonateDonateFacebookTwitterLinkedIn
L’IEDM dans les médias

Textes d'opinion

11 décembre 2017décembre 11, 2017

Une réplique qui rate sa cible

Huffington Post Québec, p. web

Une réplique qui rate sa cible

Dans sa réplique à mon dernier billetPierre Langlois dénonce le manque de subtilité de mes arguments à la défense des récentes baisses d'impôt du gouvernement Couillard. Comme il s'attaque à trois choses qui n'ont rien à voir avec ce que j'ai dit, je ne me sens pas particulièrement visé par sa critique.

Premier argument : M. Langlois consacre quatre paragraphes à expliquer que le taux d'imposition moyen sur le revenu de presque tout le monde est beaucoup plus bas que 50 %, en réplique à ma phrase mentionnant que les gouvernements prennent de force « la moitié du revenu ». Je peux rassurer M. Langlois sur le fait que je suis très bien renseigné sur les taux d'imposition et la différence entre un taux marginal et un taux moyen.

Peut-être ignore-t-il lui-même que les gouvernements viennent chercher dans nos poches beaucoup plus que des impôts sur le revenu? Nous payons aussi des impôts pour l'assurance emploi et l'assurance parentale. Les gouvernements collectent une taxe de 15 % chaque fois que nous achetons quelque chose. Si nous achetons de l'essence, de l'alcool ou du tabac, nous payons en plus des taxes spéciales sur ces biens. Nous déboursons chaque année des milliers de dollars en impôts fonciers et scolaires, directement si nous sommes propriétaires et indirectement si nous sommes locataires. Nous payons aussi plus cher de nombreux biens à cause de tarifs douaniers, taxes d'accises, et autres frais cachés dans les prix.

Le total de tous ces impôts et taxes correspond en gros à 50 % du revenu brut. Chaque année, l'Institut Fraser calcule le jour de libération fiscale, c'est-à-dire le jour où la famille canadienne moyenne arrête de travailler pour payer l'ensemble des taxes et impôts de tous les gouvernements et commence à travailler pour elle-même. Au Québec, nous travaillons en moyenne jusqu'au 21 juin, donc essentiellement la moitié de l'année.

Deuxième argument : M. Langlois passe totalement à côté de mon argument sur la responsabilité morale de chacun de s'occuper des plus démunis, et ne fait que réitérer sa croyance qu'il est préférable « d'exiger de toute la communauté un partage équitable de la richesse selon les moyens de chaque membre, comme on fait habituellement dans les familles ». Une société de plusieurs millions ou dizaines de millions de personnes n'a toutefois rien à voir avec une famille, dont les membres partagent toutes un ensemble de caractéristiques et n'ont pas besoin de lois coercitives pour s'occuper les uns des autres.

Je réitère donc mon argument : dans une société où nous sommes forcés de partager, où donc se trouve la responsabilité morale? Ceux qui souhaitent des impôts plus élevés, comme M. Langlois, font-ils preuve de responsabilité morale? Certainement pas, ils ne font que proclamer leur supposée vertu en exigeant quelque chose des autres. Quant à ceux que l'on oblige à remettre la moitié – ou plus – de leurs revenus à l'État, on ne peut leur attribuer aucune responsabilité morale non plus. Peut-être sont-ils d'accord de le faire, peut-être pas, mais ils n'ont pas le choix de toute façon. Bref, personne n'est vraiment moralement responsable. On ne peut être responsable que lorsqu'on agit librement.

J'ajouterais que si mes impôts ne servaient qu'à d'aider les plus démunis, j'aurais beaucoup moins de réticences à les payer. Mais les gouvernements ne consacrent que des sommes relativement modestes à aider les plus démunis, et leurs programmes sont très peu efficaces à les sortir de la pauvreté. Ils dépensent par ailleurs des milliards de dollars à subventionner les entreprises, la culture, l'agriculture, et à financer des centaines d'autres programmes et activités qui n'ont rien à voir avec l'aide aux plus démunis et dont la pertinence et l'efficacité sont extrêmement douteuses.

L'essentiel du budget du gouvernement du Québec va à financer ses quasi monopoles de la santé et de l'éducation, avec des résultats plutôt médiocres. Si on voulait uniquement aider les plus pauvres, on privatiserait ces systèmes et le gouvernement se contenterait d'aider les pauvres à obtenir des services, ce qui serait beaucoup plus efficace. La majorité de nos impôts servent non pas à aider les plus démunis, mais à financer un gros État qui intervient dans tout. Encore une fois, cela déresponsabilise tout le monde.

Troisième argument : Pour finir, M. Langlois s'attaque à mon affirmation que la richesse n'est pas quelque chose qui est, en soi, collectif, en lançant une série de commentaires farfelus qui découleraient selon lui de cette affirmation, comme si j'avais écrit qu'on peut « devenir riche sans commercer avec personne », « tout seul dans son coin, sans l'aide de quiconque ». Il ajoute, comme si j'avais dit le contraire, que « la richesse est nécessairement le fruit de la collaboration de tous et chacun ».

C'est franchement bizarre. L'économie de marché est entièrement fondée sur la collaboration volontaire entre tous les acteurs du marché. C'est pour cela qu'on appelle cela le « libre » marché. Ça ne veut pas dire que le résultat de cette collaboration est une richesse collective qui appartient également à tous et que les politiciens peuvent redistribuer à leur guise, en cherchant à acheter des votes.

Au contraire, un système économique collectivisé et étatisé comme celui que semble défendre M. Langlois – on appelle généralement cela le socialisme ou le communisme – est fondée sur la coercition et les diktats bureaucratiques plutôt que sur la collaboration volontaire.

De là découle la distinction entre la « redistribution » des revenus, laquelle est effectuée au moyen du pouvoir coercitif de la loi, et la « distribution » des revenus, laquelle s'opère de façon volontaire et organique. En effet, un entrepreneur, pour réussir, a besoin de la collaboration de nombreux intervenants (investisseurs, prêteurs, fournisseurs, associés, employés, etc.), avec qui il doit partager ses gains, s'il veut être en mesure de les attirer et, ensuite, de les retenir.

Pour conclure, peut-être M. Langlois devrait-il s'appliquer à lui-même ses propres arguments au lieu de rater complètement sa cible en croyant s'attaquer aux miens.

Michel Kelly-Gagnon est président et directeur général de l'Institut économique de Montréal. Il signe ce texte à titre personnel.

____________________
Lire plus d'articles sur le thème de la Fiscalité.


EMAIL FACEBOOK TWITTER LINKEDIN

910, rue Peel, bureau 600
Montréal (Québec) H3C 2H8
Canada


Téléphone : 514-273-0969
Courriel : commentaires@iedm.org

au sommet de la page

© IEDM 2018