Aller au contenu principal

IEDM

DonateDonateFacebookTwitterLinkedIn
L’IEDM dans les médias

Textes d'opinion

31 juillet 2004juillet 31, 2004

Les unions, qu'ossa donne?

Les Affaires, p. 12

Les unions, qu'ossa donne?

Il existe de bons arguments en faveur du syndicalisme. Les syndicats peuvent rendre des services utiles à leurs membres, en plus de jouer leur rôle fondamental de protection et de représentation des intérêts des syndiqués auprès des patrons. D’un point de vue sociopolitique, les syndicats constituent une barrière entre l’État et les personnes et, en général, contribuent au pluralisme de la société.

Par contre, les lois actuelles pondèrent la vérité de ces arguments. En effet, les pouvoirs coercitifs des syndicats via, notamment par le truchement de la formule Rand (perception obligatoire à la source des cotisations des membres de l’unité d’accréditation), en font à la fois des créatures de l’État et des pouvoirs intermédiaires de la société civile. De plus, comme les syndicats représentent toutes les personnes d’une unité accréditée, il n’est pas sûr qu’ils rendent à chacun les services souhaités.

Mais, dira-t-on, les syndicats ne fournissent-ils pas de vrais services quand ils font augmenter les salaires de leurs membres? Cela est vrai, mais il faut en voir les conséquences. L’analyse économique montre que si les syndicats réussissent à améliorer les salaires et les conditions de travail de leurs membres sans hausse correspondante de la productivité, ils créent du chômage. Ils redistribuent le revenu en faveur de leurs membres aux dépens des chômeurs (ou des travailleurs non syndiqués).

La réglementation du marché du travail, une autre grande cause de chômage, est souvent un sous-produit du lobbying syndical. C’est sans doute par ce lobbying corporatiste visant à préserver des privilèges et à bloquer toute réforme que les syndicats exercent l’influence économique la plus nocive. Cette réglementation sert en effet trop souvent à protéger les droits acquis d’une minorité de travailleurs au lieu de protéger l’ensemble de ceux-ci.

L’efficacité économique exige que les marchés du travail soient flexibles. Le magazine The Economist écrivait: «Il y a bien des choses sur lesquelles les économistes ne s’entendent pas, mais ce n’est pas le cas sur la question de savoir comment ramener les gens au travail. Il faut, disent-ils, que les marchés du travail équilibrent l’offre et la demande, et la meilleure manière d’y parvenir est de maintenir leur flexibilité.» D’ailleurs, plusieurs études ont établi un lien entre le chômage endémique plus élevé en Europe qu’en Amérique et la syndicalisation et la réglementation du marché du travail.

Ce qui nous ramène à nos arguments en faveur du syndicalisme. Si on diminuait certains des pouvoirs coercitifs des syndicats (accréditation de tous quand une majorité simple le décide, retenue obligatoire des cotisations à la source, privilèges des représentants syndicaux en entreprise, etc.), et s’ils devenaient des associations véritablement volontaires, ils pourraient certainement rendre de grands services à leurs membres. Cela ne se ferait plus au détriment des autres citoyens.

On aurait aussi la preuve de leur utilité et de leur bon travail s’ils réussissaient à garder leurs membres dans un contexte de liberté. Les syndicats découlent, en principe, du droit à la libre association (dont le pendant devrait être le droit à la non-association). Plus ils se rapprocheront, dans les faits, de cet idéal, plus leur impact deviendra réellement positif.

 

EMAIL FACEBOOK TWITTER LINKEDIN

910, rue Peel, bureau 600
Montréal (Québec) H3C 2H8
Canada


Téléphone : 514-273-0969
Courriel : commentaires@iedm.org

au sommet de la page

© IEDM 2019