Observations spontanées

Encore plus de fonds publics pour amener Hollywood à tourner au Québec

Les jours se suivent et se ressemblent, surtout quand vient le temps d’annoncer des subventions aux entreprises. La semaine dernière, c’était les taxis électriques. La semaine d’avant, c’était les jeux vidéo. Et cette semaine, c’est au tour des producteurs de films et de séries télévisées de passer à la caisse afin d’amener plus de productions au Québec. C’est le gouvernement à la façon Oprah Winfrey : « Une subvention pour toi, une subvention pour toi, et une subvention pour toi! Tout le monde a des subventions! »

Le premier ministre du Québec, François Legault, qui effectue présentement une mission économique de quatre jours en Californie, a offert une aide financière d’un montant indéterminé en échange de la garantie d’un certain nombre de tournages au cours des trois à cinq prochaines années. Les studios étrangers, soit dit en passant, reçoivent déjà un crédit d’impôt afin de produire leur contenu ici : 10 % des coûts de main-d’œuvre reliés aux effets spéciaux et aux animations par ordinateur, et 20 % pour certaines dépenses admissibles.

Une réflexion, comme ça : si chaque entreprise semble avoir besoin d’un crédit d’impôt pour faire des affaires ici, dans le cinéma ou d’autres domaines, peut-être que nos impôts sont simplement trop élevés! Et peut-être devrions-nous les baisser pour toutes les entreprises, plutôt que de laisser les politiciens en favoriser quelques-unes selon les manchettes que cela peut générer.

Back to top