Réforme des institutions publiques

Taille de l’État et richesse des Québécois

Cette Note économique se penche sur la croissance de l'État au Canada au cours des dernières décennies et offrent quelques estimations empiriques des coûts monétaires que cette expansion gouvernementale a entraînés pour les Canadiens en général et les Québécois en particulier. Comme c’est le cas de plusieurs médicaments, une petite dose de gouvernement peut garantir une société vigoureuse et en bonne santé, mais peut devenir un dangereux poison lorsqu’on en prend une trop grande quantité.

Le « miracle celte »

Depuis 1987, l’Irlande est devenue incontestablement la star du monde économique international. C’est en effet l’année de l’arrivée au pouvoir d’une administration vouée à l’allégement fiscal et à la gestion responsable des finances publiques. 1987 est aussi l’année où est intervenu une sorte de consensus social en faveur de la modération en matière de coût du travail. John Bruton, chef de l’Opposition à Dublin, a joué un rôle de premier plan dans ce retournement épique. En fait, l’Irlande est vraisemblablement l’étoile la plus brillante du firmament économique à l’heure actuelle.

Étatisme et déclin du Québec – Bilan de la Révolution tranquille

Étatisme et déclin du Québec constitue une analyse décapante de la Révolution tranquille, pivot autour duquel gravite l’interprétation reçue de l’histoire du Québec. Avant, c’était la grande noirceur; après, la modernité libératrice et le progrès triomphant. L’observation des faits contraint pourtant à peindre un tout autre tableau. Si la Révolution tranquille a marqué chez nous un tournant de l’évolution économique et sociale, ce fut un tournant pour le pire qui a signalé le début d’un élargissement progressif de l’écart entre la croissance de l’Ontario, du Canada et des États-Unis, d’une part, et celle du Québec, de l’autre.

Back to top