Libéralisation des marchés

Un nouveau «péril jaune»?

Les médias accordent beaucoup de place à la question des emplois transférés vers l’Inde et la Chine. Pour un entrepreneur, la présence d’un nouveau concurrent dynamique est toujours déstabilisante, et c’est compréhensible. Mais le protectionnisme n’est pas une bonne solution.

Pour un libre-échange canadien

Il semble exister au sein de nos gouvernements un préjugé selon lequel le marché domestique du Canada et le commerce interprovincial ne sont pas des questions très importantes. Comme pays, le Canada ne possède pas de règles commerciales internes qui ont force exécutoire. Les gouvernements provinciaux ont le pouvoir de protéger les intérêts locaux et de limiter les échanges au moyen de législations et réglementations – et ils s’en servent. Nous n’avons pas non plus de mécanisme efficace pour garantir que notre marché domestique fonctionne à sa pleine capacité.

La libéralisation des marchés de l’électricité

Depuis la fin des années quatre-vingt, l’électricité est une industrie en pleine mutation. Privatisations, désintégrations verticales, dérégulations, restructurations, ouverture des marchés: de nouvelles formes d’organisation qui remettent en question le modèle de régulation inspiré des théories du monopole naturel émergent dans plusieurs régions du monde industrialisé. Pourquoi assiste-t-on à ces bouleversements? Comment fonctionnent ces marchés? Sur quelles bases, avec quelles règles?

Back to top