fbpx

Communiqués de presse

Autoriser l’assurance maladie duplicative permettrait de réduire les délais d’attente en santé

Montréal, le 19 janvier 2023. – Autoriser les assureurs à offrir des polices d’assurance maladie dite duplicative à leurs clients québécois permettrait de réduire les listes d’attente, selon une nouvelle note publiée par l’Institut économique de Montréal ce matin.

« Autoriser les polices d’assurance maladie duplicative permettrait de rendre les soins privés accessibles à un bien plus grand pan de la population », a dit Maria Lily Shaw, chercheuse associée à l’IEDM et auteure de l’étude. « Au lieu de n’être accessibles qu’à ceux qui ont l’argent pour payer cash, les soins privés pourraient être accessibles à la classe moyenne. »

Une police d’assurance duplicative permet aux citoyens d’être couverts s’ils vont au privé pour un traitement déjà couvert par le système d’assurance maladie gouvernementale. Présentement, six provinces canadiennes sur dix – dont le Québec – interdisent cette pratique.

La Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador permettent théoriquement les polices d’assurance maladie duplicative, mais aucun marché ne s’y est développé. La chercheuse attribue cela à certaines exigences réglementaires empêchant la pratique mixte et à la faible taille de la population.

Des pays tels l’Australie, la Suède et le Royaume-Uni permettent l’utilisation d’une assurance duplicative afin de désengorger leur système universel.

La chercheuse se penche sur l’exemple australien, en particulier, où près de 45 pour cent des citoyens bénéficient d’une assurance duplicative. Elle cite notamment une étude publiée dans la revue scientifique Australian Health Review montrant qu’environ 15 pour cent des patients australiens ont été réorientés du secteur public vers le secteur privé en raison de leur adhésion à une assurance duplicative. On a ainsi désengorgé le système de soins public.

« Ce n’est pas un secret : le système de santé ne fournit plus, si bien que les patients languissent des mois, voire des années, sur les listes d’attente avant d’obtenir les soins dont ils ont besoin », a dit Mme Shaw. « Permettre aux assureurs d’offrir une assurance maladie duplicative aiderait grandement les 159 000 Québécois et Québécoises qui attendent pour une opération. »

Vous pouvez consulter l’étude de l’IEDM ici.

* * *

L’Institut économique de Montréal est un think tank indépendant sur les politiques publiques. Par ses publications, ses apparitions dans les médias et ses services consultatifs aux décideurs politiques, l’IEDM stimule les débats et les réformes des politiques publiques en se basant sur les principes établis de l’économie de marché et sur l’entrepreneuriat.

– 30 –

Demandes d’entrevue
Renaud Brossard
Directeur principal, Communications
Cell. : 514-743-2883
rbrossard@iedm.org
@renaudbrossard

Back to top