Communiqués de presse

Hydro-Québec a raison de vouloir prioriser des projets rentables

Montréal, le 9 août 2018 – Le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, a fait part dans une lettre adressée aux chefs Innus du caractère « non recommandable » du projet Apuiat. Ce projet de parc éolien engendrerait en effet des pertes de 1,5 à 2 milliards $, selon la durée du contrat. M. Martel agit dans l’intérêt supérieur des Québécois en manifestant ses réserves importantes envers ce projet.

« Le gouvernement ne devrait pas obliger Hydro-Québec à aller de l’avant avec un projet qui finira encore une fois par coûter cher aux Québécois », soutient Mathieu Bédard, économiste à l’IEDM.

Rappelons qu’en mai 2018, la vérificatrice générale avait chiffré le recours à l’éolien et à d’autres sources d’énergie alternatives à 2,5 milliards $ sur une période de huit ans.

L’IEDM a fait valoir à maintes reprises que le coût de production moyen de l’énergie éolienne est supérieur à son prix moyen de vente par la société d’État. « Ces contrats octroyés par Hydro-Québec plombent la rentabilité de la société d’État de façon complètement inacceptable », analyse M. Bédard.

« Hydro-Québec a un rôle de fiduciaire des intérêts de l’ensemble de la population du Québec. Or, on l’empêche de jouer ce rôle lorsque l’on tente d’imposer à la société d’État des décisions qui n’ont aucune justification commerciale. Dans le dossier Apuiat, on parle de pertes tout à fait prévisibles qui pourraient atteindre deux milliards de dollars. Au final, cela ne fera qu’augmenter les impôts ou les tarifs d’électricité, et peut-être même les deux », fait valoir Michel Kelly-Gagnon, président et directeur général de l’IEDM.

« Compte tenu des données qui sont maintenant disponibles, le gouvernement devrait s’abstenir de jouer à l’apprenti sorcier, et laisser Hydro-Québec établir elle-même ses priorités », conclut Michel Kelly-Gagnon.

* * *

L’IEDM est un think tank indépendant sur les politiques publiques. Par ses publications et ses interventions, l’IEDM alimente le débat sur les politiques publiques au Québec et à travers le Canada en proposant des réformes fondées sur les principes de l’économie de marché et de l’entrepreneuriat.

-30-

Demandes d’entrevues : Daniel Dufort, Directeur, Relations externes, communications et développement, IEDM. Tél. : 514-273-0969 p. 2224 / Cell. : 438-886-9919 / courriel : ddufort@iedm.org

Back to top