Fiscalité

La santé : un problème d’organisation ou de financement? C’est l’organisation, stupide!

En 30 ans, les dépenses du gouvernement du Québec en santé sont passées de 15 à 37 milliards, en dollars d’aujourd’hui. Pendant que la population augmentait du quart, le coût de notre système de santé a plus que doublé.

Cette tendance était aussi présente pendant la soi-disant période d’« austérité ». Les chiffres de Statistique Canada montrent une augmentation de ces dépenses depuis 2008 qui est supérieure chaque année à l’inflation et à la croissance démographique. Ceux de l’Institut canadien d’information sur la santé montrent une baisse en termes réels de moins de 1 % en 2012 et de moins de 0,5 % en 2014, et une augmentation pour le reste de la période.

Le portrait global est que nous dépensons toujours plus, plus, plus. Et que, si rien ne change, le ministère de la Santé va finir par avaler tous les autres.

Le Québec est également dans la moyenne canadienne depuis de nombreuses années pour ces mêmes dépenses, tandis que le Canada est un peu au-dessus de la moyenne des pays développés, selon les données de l’OCDE. Il n’y a donc rien qui puisse soutenir une quelconque thèse du sous-financement.

Le cas des États-Unis permet d’enfoncer le clou une fois pour toutes sur la question du financement. Les dépenses par habitant sont les plus élevées de tous les pays développés, tandis que l’accès aux soins et les résultats cliniques sont parmi les pires. Ce n’est pas non plus une question de « privé », puisque les dépenses publiques sont plus élevées qu’ici.

Assez de médecins et d’infirmières?

On a parlé d’argent. Qu’en est-il des autres ressources ? Toujours selon les données de l’OCDE, le Canada est sous la moyenne quant au nombre de médecins par habitant. Est-ce que cela peut expliquer une partie de nos difficultés ? Peut-être, mais ce n’est pas tout, d’autant plus que le Québec peut compter sur plus de médecins, en proportion, que le reste du Canada.

Le Royaume-Uni a un ratio de médecins semblable au nôtre et on y accède plus facilement aux soins. Une comparaison récente des systèmes de santé de 11 pays développés par le Commonwealth Fund, une fondation américaine, donne d’ailleurs le premier rang au système britannique. Le Canada est au 9e rang au total et 10e pour l’accès. Le Québec compte d’ailleurs passablement plus d’infirmières par habitant que le Royaume-Uni (et un peu plus que le reste du Canada), et ça ne semble pas nous aider.

En utilisant les données du Commonwealth Fund, notre Commissaire à la santé et au bien-être a constaté que le Québec était derrière tous les pays recensés, l’Ontario et l’ensemble du Canada pour l’accès à un médecin ou une infirmière le jour même ou le lendemain, l’accès à un spécialiste, l’attente pour une intervention chirurgicale élective et – sans surprise – l’attente aux urgences, qui ont déjà été qualifiées de « pires de tout le monde occidental ».

Organisez-vous!

Le Québec dépense autant qu’ailleurs et n’a pas moins de médecins ou d’infirmières que bien des endroits qui font mieux en matière d’accès aux soins, à commencer par la province voisine. Il est où, le problème ?

Le défi de garder sous contrôle l’augmentation des dépenses de santé est un enjeu planétaire. Il y a quelques années, l’OCDE a analysé dans cette perspective les forces et les faiblesses des systèmes de santé de plusieurs pays développés. Elle avait conclu que l’espérance de vie à la naissance pouvait être améliorée en moyenne de plus de deux ans si les systèmes de santé des pays recensés devenaient aussi efficients que les plus performants, sans qu’il soit nécessaire d’augmenter les dépenses. En comparaison, une augmentation des dépenses de santé de 10 %, sans aucun autre changement, n’aurait augmenté l’espérance de vie que de trois à quatre mois.

Avant de penser à dépenser davantage, il est urgent de mieux utiliser les énormes sommes englouties chaque année.

Le Commissaire à la santé et au bien-être est lui aussi arrivé à des conclusions semblables. Pour reprendre les mots utilisés par ce défunt chien de garde, aboli par le ministre actuel, « les difficultés du système ne semblent pas liées à une enveloppe budgétaire insuffisante, à un manque de ressources humaines et encore moins à un manque de ressources matérielles. Elles seraient plutôt liées à l’organisation des soins et des services et à la répartition des ressources financières et humaines ».

Une meilleure organisation doit-elle passer par une plus grande mainmise du Ministère ? Au contraire ! Le réseau dans son ensemble devrait être décentralisé et les établissements plus autonomes. Les hôpitaux devraient être financés à l’activité, ce qui les inciterait à prendre plus de patients. Enfin, des indicateurs de performance devraient être facilement accessibles, et le système devrait être ouvert à la mixité et à la concurrence, comme cela se fait partout ailleurs.

Patrick Déry est analyste en politiques publiques à l’Institut économique de Montréal. Il signe ce texte à titre personnel.

____________________
Lire plus d’articles sur les thèmes de la Santé et de la Fiscalité.

Back to top