Fiscalité

Le show de boucane des conservateurs

Dans le budget d’hier, on apprend que le gouvernement Harper augmente la taxe sur le tabac. Une hausse de 4 $ par cartouche de cigarettes qui rapportera, espère le gouvernement, 675 millions de dollars dès l’an prochain.

La tentation est toujours grande pour un gouvernement d’augmenter les taxes prélevées des produits jugés nuisibles pour les citoyens. Mais ces taxes atteignent rarement leurs objectifs et ont souvent des conséquences non désirées.

Dans le cas du tabac, notamment, il faut garder en tête que le taux de tabagisme est 50 % plus élevé chez les plus pauvres que chez les plus riches. Une taxe sur le tabac est donc une taxe régressive, qui punit les pauvres quatre fois plus que les riches.

De plus, on peut se questionner sur les objectifs de cette mesure. Ou bien la taxe aura pour effet de réduire le nombre de fumeurs, ce qui est l’objectif déclaré, et, dans ce cas, cela ne devrait pas rapporter autant en termes de revenus puisque la base sur laquelle on prélève ladite taxe sera moindre. Ou bien cela n’aura pas d’effet sur le nombre de fumeurs et, auquel cas, il ne s’agit que d’un « show de boucane » pour lever des taxes auprès d’une clientèle plus vulnérable…

Michel Kelly-Gagnon est président et directeur général de l'Institut économique de Montréal. Il signe ce texte à titre personnel.

Back to top