Réglementation

Ne craignons pas le bilinguisme

Selon l'Office québécois de la langue française, la proportion de travailleurs utilisant principalement le français a progressé de 1971 à 2010. Mais cette nouvelle importe peu pour la classe politique qui préfère s'indigner de la présence du bilinguisme au travail.

Lire la suite sur le site du Journal de Montréal

Nathalie Elgrably-Lévy est économiste senior à l'Institut économique de Montréal. Elle signe ce texte à titre personnel.
* Cette chronique a aussi été publiée dans Le Journal de Québec.

Back to top