Op-eds

Choisir ses batailles

Les ministres de l’environnement du G8, dont le Canada fait partie, viennent de clore trois jours de discussions pour préparer le sommet de juillet prochain et proposer des moyens pour lutter contre le réchauffement climatique.

À l’instar de toutes les initiatives qui s’attaquent aux GES, celle-ci a été bien accueillie. Encore une fois, on a invoqué le consensus qui existerait entre les scientifiques à l’effet que le réchauffement climatique serait causé par les émissions de CO2, et donc par l’activité humaine.

Or, l’existence d’un consensus est un leurre. Depuis 1992, des scientifiques de renom affirment que les changements climatiques dépendent davantage de l’activité solaire que des émissions de CO2. La semaine passée, la Oregon Institute of Science and Medicine a rendu publique une pétition de 32 000 scientifiques qui contestent le lien entre les CO2 et le climat.

32 000 scientifiques

Évidemment, aucun média n’a jugé bon de rapporter cette information. Manifestement, ils jugent que la parole de 32 000 scientifiques est insignifiante à côté de celle d’Al Gore ou d’un représentant de Greenpeace! Quand on pense à la couverture dont a bénéficié le rapport du GIEC signé par 2 500 experts, on s’explique mal le mutisme des médias face à la position prise par 32 000 scientifiques.

Or, croire aveuglément en un consensus qui n’existe pas est grave. Si c’est effectivement l’activité solaire qui perturbe le climat, cela signifie que les efforts que nous déployons pour lutter contre les GES sont inutiles, et que nous gaspillons notre argent.

Selon Bjorn Lomborg, professeur à la Copenhagen Business School et environnementaliste de renommée internationale, même si tous les pays, y compris les États- Unis et l’Australie, respectent le protocole de Kyoto pendant un siècle, nous aurons dépensé 180 milliards $ par année pour reporter les effets du réchauffement climatique d’à peine cinq ans. Ça fait beaucoup d’argent pour des résultats plutôt médiocres!

L’obsession des GES

Certes, la vie n’a pas de prix et il ne s’agit pas de regarder à la dépense. Il s’agit plutôt d’adopter les mesures qui permettront de sauver le maximum de vies. Si les CO2 ne sont pas en cause dans le réchauffement climatique, les mesures de réductions des GES se traduiront par l’appauvrissement de populations entières. La crise alimentaire actuelle, causée en partie par la culture intensive de maïs destiné à la production d’éthanol, est d’ailleurs un bel exemple de la misère que l’obsession des GES peut provoquer.

On nous dit qu’il faut lutter contre le réchauffement climatique, car il augmenterait, entre autres, les cas de malaria et l’incidence des inondations. Or, avec les sommes nécessaires pour sauver une vie grâce à la réduction des CO2, nous pourrions en sauver 36 000 en achetant des moustiquaires et des médicaments. Et si c’est la qualité de l’air qui nous préoccupe, mieux vaut alors allouer davantage de fonds à la recherche de sources d’énergie propres, sécuritaires et économiques plutôt que de dilapider notre argent dans une lutte stérile contre les GES.

S’il existe un consensus sur les causes des changements climatiques, il est strictement politique. En revanche, les scientifiques sont nettement partagés, et il est important que nous le sachions.

Il faut également permettre au débat de se poursuivre, car c’est le seul moyen de déterminer s’il faut lutter contre le réchauffement climatique, ou s’il vaut mieux trouver les moyens de réduire notre vulnérabilité face à ce phénomène. Vouloir améliorer le sort de monde est honorable, mais il faut savoir choisir intelligemment ses batailles!

* This column was also published in Le Journal de Québec.

Nathalie Elgrably is an Associate Researcher at the Montreal Economic Institute and author of the book La face cachée des politiques publiques.

Back to top