Publications

FACEBOOK TWITTER LINKEDIN

février 16, 2010

16 février 2010

L’achat local de nourriture sauvera-t-il la planète?

Note économique sur le concept d’achat local exprimé sous forme de «kilométrage alimentaire»

Le mouvement en faveur de l’achat local de denrées alimentaires a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années, autant au Québec qu’ailleurs dans le monde. Au-delà des arguments économiques traditionnels relevant d’une certaine forme de protectionnisme, c’est la question environnementale qui semble aujourd’hui motiver beaucoup de groupes et de citoyens à promouvoir une réduction des «kilomètres alimentaires» (food miles). On prétend qu’en décourageant les consommateurs d’acheter des aliments transportés sur de longues distances, moins d’énergie sera dépensée – et moins de gaz à effet de serre (GES) seront conséquemment émis –, ce qui contribuera à minimiser la dégradation de l’environnement.

 

Liens d’intérêt

Acheter sa nourriture localement n’est pas une solution valable pour aider l’environnement :: Communiqué de presse, 16 février 2010

Yes We Have No Bananas: A Critique of the Food Miles Perspective :: Mercatus Policy Series Policy Primer, No. 8. Arlington, VA: Mercatus Center at George Mason University, Octobre 2008

 

L’IEDM dans les médias

Le gaspillage des subventions aux voitures électriques
Texte d'opinion de Germain Belzile, chercheur associé senior à l'IEDM, et de Mark Milke, analyste de politiques publiques indépendant, publié le 22 juin dans La Presse+.

Des faits essentiels sur le sirop d’érable
Billet de Vincent Geloso, chercheur associé à l'IEDM, publié le 21 juin sur le blogue de l'IEDM du Journal de Montréal.

Cet outil permet d’avoir un accès facile et rapide au contenu généré par l’IEDM.