Aller au contenu principal

IEDM

DonateDonateFacebookTwitterLinkedIn
L’IEDM dans les médias

Publications

1 août 2000août 1, 2000

La liberté de travailler: source de prospérité et de création d'emploi

Note économique sur les effets de certaines dispositions du Code du Travail sur le marché du travail

La liberté de travailler: source de prospérité et de création d'emploi

Parmi les obstacles à la résorption du chômage, il y a ceux créés par certaines dispositions du Code du Travail. L’un de ces obstacles porte le nom de « Closed-Shop », ou « atelier fermé ». Il date de l’époque des premiers Trade-Unions britanniques (1860). Dans le même esprit, la formule Rand stipule que l’on peut conditionner l’obtention d’un emploi à la cotisation au syndicat de l’entreprise. Ces deux formules sont actuellement en vigueur au Québec. Une contrainte est donc exercée sur les entreprises en imposant de n’embaucher que ceux qui auront au préalable cotisé (formule Rand) ou adhéré (atelier fermé) au « syndicat maison ».

*Note économique inspirée en partie de l'ouvrage Unions and Right-to-Work: The global evidence of their impact on employment, ed. par Fazil Mihlar.

Parmi les obstacles à la résorption du chômage, il y a ceux créés par certaines dispositions du Code du Travail. L’un de ces obstacles porte le nom de « Closed-Shop », ou « atelier fermé ». Il date de l’époque des premiers Trade-Unions britanniques (1860). Dans le même esprit, la formule Rand stipule que l’on peut conditionner l’obtention d’un emploi à la cotisation au syndicat de l’entreprise. Ces deux formules sont actuellement en vigueur au Québec. Une contrainte est donc exercée sur les entreprises en imposant de n’embaucher que ceux qui auront au préalable cotisé (formule Rand) ou adhéré (atelier fermé) au « syndicat maison ».


EMAIL FACEBOOK TWITTER LINKEDIN

910, rue Peel, bureau 600
Montréal (Québec) H3C 2H8
Canada


Téléphone : 514-273-0969
Courriel : commentaires@iedm.org

au sommet de la page

© IEDM 2019