Textes d'opinion

Bookmark and Share

juin 14, 2007

14 juin 2007

État d'urgence - première partie

Le Journal de Montréal, p. 26

Après la publication du deuxième palmarès des urgences, nos politiciens feignent d'être accablés par la nouvelle. Pourtant, l'engorgement des urgences n'est pas un phénomène récent.

Déjà en 1985, les médias rapportaient qu'un patient pouvait attendre plus de vingt heures dans une salle d'urgence. Depuis, les gouvernements qui se sont succédé ont pris une série d'engagements pour résoudre le problème. Plus de 20 ans plus tard, et malgré les sommes colossales allouées à la santé, rien n'a changé. Les délais observés dans certains hôpitaux ont même augmenté.

Il est donc temps d'affronter la réalité et d'accepter une fois pour toutes que l'injection de fonds supplémentaires dans le réseau de la santé n'accroît pas son efficacité. Continuer à prétendre que tout n'est qu'une question d'argent, c'est faire l'autruche et retarder dangereusement toute réforme efficace qui pourrait sauver des vies. Avec un budget de près de 24 milliards, soit 44 % des dépenses totales du gouvernement québécois, peut-on vraiment prétendre que le réseau manque d'argent? Et combien faudrait-il pour que notre médecine soviétisée fonctionne correctement?

Inefficacité

Si le réseau de la santé est inefficace, c'est essentiellement parce que les hôpitaux opèrent sur la base de budgets qui leur sont octroyés par l'État en fonction des besoins identifiés. Si un hôpital réussit à gérer ses ressources de manière efficace, nos bureaucrates jugeront bon de limiter les budgets qui lui sont alloués. En revanche, celui qui est totalement inefficace, qui laisse des patients souffrir sur des civières dans des corridors bondés et qui ferme son urgence aux ambulances, est certain d'obtenir davantage de fonds des «tsars» de la santé. Le système actuel punit donc les établissements performants et récompense les autres. On pourrait difficilement imaginer un système qui encouragerait davantage à l'inefficacité!

Listes d'attente

L'octroi de budgets de fonctionnement est également responsable des listes d'attente toujours plus longues. En effet, si le budget mensuel alloué aux salles d'opération est épuisé le 20 du mois, l'hôpital est contraint de fermer tout simplement ses salles jusqu'au mois suivant. Ainsi, pendant que certains voient leur santé se détériorer au fil des jours au point de risquer de perdre la vie, de précieuses ressources restent sous-utilisées. Il ne s'agit pas ici de prôner l'augmentation des budgets, mais plutôt de remettre en question le fait qu'ils constituent la principale source de financement des hôpitaux.

Finalement, la pénurie de médecins n'a rien d'étonnant. Les bureaucrates de la santé ont cru bon de soumettre la rémunération des médecins à des plafonds semestriels ou trimestriels. Les médecins peuvent évidemment travailler davantage s'ils le souhaitent, mais ils perdent 75 % de leurs honoraires pour des consultations supplémentaires. Résultat? Certains refusent de nouveaux patients ou ferment carrément leur clinique une semaine sur huit, ce qui contribue à engorger les urgences.

Problèmes de fond

Clairement, le système actuel n'offre pas les incitations nécessaires pour favoriser l'efficacité. Il est donc urgent d'identifier les problèmes de fonds et d'avoir l'humilité de reconnaître que les bonnes intentions qui ont inspiré notre modèle se traduisent en pratique par des résultats médiocres. Apporter de petits changements au système actuel serait peine perdue. Il faut des solutions radicales. Mais surtout il faut ignorer les objections des adeptes du statu quo, car leurs arguments relèvent de l'idéologie aveugle pour un système utopique et non du souci d'améliorer les soins offerts. Notre santé est trop précieuse pour les laisser nous imposer leur idéologie!

La suite, la semaine prochaine!

* Cette chronique a aussi été publiée dans Le Journal de Québec.

Nathalie Elgrably est économiste à l'Institut économique de Montréal et auteure du livre La face cachée des politiques publiques.

L’IEDM dans les médias

Superpétrolier ou pipeline: un paradoxe énergétique
Chronique de Youri Chassin, économiste et directeur de la recherche à l'IEDM, publiée le 16 octobre dans le Huffington Post Québec.

L'accès aux médicaments pour traiter les cancers
Entrevue avec Yanick Labrie, économiste à l'IEDM, diffusée le 7 octobre dans le cadre de l'émission Québec à midi, sur les ondes de CJMF-FM.

Des groupes écologistes prétendent que l'exploitation forestière compromet l'avenir de la forêt et nuit aux espèces animales qui l'habitent. Dans le cadre de notre programme de recherche sur la forêt québécoise, le vice-président de l'IEDM, Jasmin Guénette, est allé visiter une pourvoirie pour observer comment cohabitent les activités liées à la faune et les activités de coupe forestière.

Voir le court documentaire...

Capsules économiques

9 % |

Aux États-Unis, seulement 9% des nouveaux médicaments ont été découverts par des institutions de...